Transformez votre relation à l’amour et aux hommes pour le meilleur et pour toujours ! Interview de Kenza Pace

 

Kenza Pace est coach en bien-être amoureux ainsi que psychologue spécialisée en thérapie de couple. Elle accompagne les femmes indépendantes, ambitieuses et intuitives, qui veulent vivre l’amour authentique rapidement et durablement. Elle est la créatrice du programme en ligne « Frayez Votre Chemin Vers l’Amour » sur son site HappyLove .fr

Pour en savoir plus et recevoir des conseils GRATUITS de Kenza pour améliorer votre vie amoureuse, inscrivez-vous GRATUITEMENT ici et recevez en cadeau des vidéos de coaching et des bonus inédits !

Quelles sont les problématiques les plus courantes auxquelles tu es confrontée dans ton métier ?

Ce sont beaucoup de femmes célibataires qui cumulent des relations décevantes. Quelque part c’est un peu le miroir de ce que j’ai vécu à un moment. Ce sont des personnes qui sont passionnées, idéalistes, qui ont cette énergie vitale, cette passion, cette ambition et en même temps qui ont besoin d’un ajustement, d’un coup de pouce, de nouveaux repères, pour avoir confiance en elles et se dire que l’amour va venir naturellement en lâchant prise. Parce qu’elles se disent « il faut que je fasse des choses, il faut que je m’accroche » alors que c’est juste un réapprentissage, ça parait contre-intuitif comme ça, mais plus on lâche prise, plus on fait confiance, plus l’amour arrive.

Quelles est pour toi la ou les clés principales pour trouver l’amour et être heureux en couple ?

C’est de passer d’abord par l’amour de soi. Apprendre à apprivoiser qui l’on est, la personne que l’on est, notre spécificité, ce qui nous rend unique, apprendre à s’aimer, à poser un regard bienveillant sur soi. Ensuite, on n’a plus à chercher l’approbation de l’autre, on n’a plus à chercher son regard, on n’a plus besoin de se justifier par rapport à l’autre, on est là, on est une personne entière et c’est à prendre ou à laisser. Je pense que c’est un côté très séduisant et naturellement séduisant, sans faire exprès.

Quel est le secret de ces couples qui ont plus de 50 ans de mariage et qui arrivent à rester amoureux comme au premier jour ? Est-il possible de rester réellement amoureux toute sa vie ?

Je ne sais pas, je n’ai pas encore 50 ans de mariage rires. Je pense que rester amoureux c’est une réinvention, c’est un choix. On choisit d’être avec l’autre personne. Je pense qu’on peut être attiré par d’autres personnes pendant qu’on est en relation, ce sont des choses qui arrivent. Son partenaire peut aussi être séduit par d’autres personnes. Mais je pense qu’être séduit et aimer ce n’est pas la même chose. Aimer c’est un choix de tous les jours, je choisis d’aimer mon partenaire, je choisis de partir du principe que tous les jours il évolue, tous les jours c’est une nouvelle personne et tous les jours, je peux le redécouvrir. Une phrase que j’ai lue un jour disait : « l’attirance est banale, l’intimité, elle, ne l’est pas, elle se construit ». Donc j’aime bien cette optique de se dire : tout au long de ma vie de couple je peux être attiré par d’autres personnes, c’est normal, c’est ok, je peux me l’autoriser mais par contre ce qui va vraiment faire la valeur de ma relation c’est toute l’intimité qu’on a construite, toute la complicité et le fait qu’avec cette personne en particulier il y a un climat particulier, il y a une intimité, un cocon qui est juste à nous. Je pense que c’est ce qui fait que plus on se connait, plus on est dans cette intimité, et plus l’attachement est fort.

Y a-t-il des auteurs qui t’ont particulièrement inspirée ?

J’ai un grand respect pour Colette Portelance, j’aime beaucoup son approche. Après il y a évidemment John Gottman dont j’ai suivi les enseignements et qui a travaillé plus de 40 ans sur les relations de couple, il apporte une richesse incroyable. Il y a également Jacques Salomé ou encore Alon Gratch, j’ai beaucoup aimé son livre « Pourquoi ça casse alors que ça pourrait marcher ». J’ai suivi Rori Raye également, j’aime beaucoup sa façon de parler des relations hommes-femmes. J’ai énormément lu sur Jung, la théorie de base de Jung et ce qui a été fait sur la typologie des personnalités, ainsi que sur l’énergie féminine, l’énergie masculine… C’est quelque chose d’assez ancien mais c’est toujours d’actualité.

Par contre, j’ai à peine lu « Les hommes viennent de Mars les femmes viennent de vénus » même si je l’ai dans ma bibliothèque, ça peut paraitre bizarre pour une coach en bien-être amoureux, mais je trouve que ça met trop en avant les différences hommes-femmes. Et je pense qu’on n’est pas tellement différents. Que c’est une différence peut-être sociale mais surtout une différence de personnalité.

Quelle est la différence entre les enseignements en psychologie en France et aux Etats-Unis ?

Les livres et les références que j’ai trouvé en français parlent beaucoup de psychanalyse, ce sont des approches assez classiques, alors que chez les auteurs anglophones, c’est très différent. Ce sont des approches beaucoup plus pratiques. C’est ce que j’ai aimé en particulier avec John Gottman, ça a été le gros de ma formation et j’ai beaucoup aimé son approche, par exemple ils ont un jeu de cartes pour apprendre à se connaître, la « Love Map » : la Maison de l’Amour… Ils ont plusieurs outils ludiques qui apprennent au couple à se découvrir, à se redécouvrir, à être plus proches de leurs émotions pour pouvoir après être proches l’un de l’autre, retrouver leur complicité.

En France on pourrait dire que l’approche est souvent dépassée et trop théorique ?

Oui…

Pour certaines personnes, s’il n’y a pas de souffrance dans un couple, s’il n’y a pas de disputes, il n’y a pas de piquant et la relation peut être monotone. Est-ce qu’on peut avoir une relation passionnante sans conflits ?

Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui sont accros à l’adrénaline et qui confondent les symptômes de la passion, le cœur qui bât la chamade et la souffrance qui est liée à ça, avec l’amour véritable. Je pense qu’on peut avoir l’adrénaline autrement, et pas forcément compter sur son couple pour avoir sa source d’adrénaline. Je pense plutôt que la relation de couple c’est comme un pilier, une sécurité, une stabilité qui va permettre d’avoir sa dose d’adrénaline à deux, de s’investir dans des projets, de faire des choses ensemble. La souffrance n’est pas la seule source d’adrénaline.

Les femmes aiment-elles vraiment les mauvais garçons ?

Je crois qu’il y a justement une partie d’adrénaline dans cette situation, on aime bien que ce soit difficile pour que ça en vaille le coup. Et je crois qu’il y a aussi un côté d’essaye de réparer une blessure du passé. En banalisant à l’extrême : si je réussis à faire en sorte que ce bad boy tombe amoureux de moi c’est que je suis vraiment forte et que je suis vraiment digne d’être aimée. Je pense que c’est ce qui se passe en arrière plan et qui fait que c’est plus valorisé de tomber amoureuse d’un bad boy que d’un homme gentil qui est disponible, qui est prêt à nous aimer et à nous donner ce qu’on veut.

Qu’est-ce que le mâle alpha et penses-tu que ce type d’homme plait aux femmes ? Que recherche une femme ?

C’est une catégorisation que je n’aime pas trop, ça donne l’impression qu’il a des hommes biens et des losers, des perdants… Mais de la façon dont je le comprends, un mâle alpha ce serait un homme qui est dans son énergie masculine, qui est arrivé à une certaine confiance en lui-même, qui a réussi à suffisamment développer ce côté masculin pour qu’une femme se sente en sécurité avec lui, pour qu’il lui donne un cadre. Une femme aime bien être protégée, ça fait partie de notre essence féminine, on aime bien sentir une protection, un enveloppement, sentir qu’on est cadrée dans la relation, que l’homme avec qui on est ne va pas dire oui et amen à tout ce qu’on dit, on a besoin de sentir un homme un vrai, quelqu’un qui est assez fort, solide.

Où va être la différence entre la protection et le côté directif et le fait de dire non juste pour dire non ?

Tout dépend de l’intelligence émotionnelle de la personne. Je pars du principe qu’un couple c’est une équipe. Dire non pour dire non, c’est tomber dans l’excès d’énergie masculine et dans un jeu de pouvoir. Ce n’est pas ce que recherche une femme. Une femme équilibrée va forcément voir que la personne essaye de tirer la couverture vers elle et que c’est un jeu de pouvoir qui est en train de se jouer dans la relation.

Et à ce moment-là l’homme risque plutôt l’effet inverse, de voir la femme s’en aller ?

Oui. Il faut rester dans un esprit d’équipe, d’équilibre, de danse. C’est comme quand tu danses avec un homme, il va te guider mais avec délicatesse et s’il te force la main ça ne va pas aller. Par exemple, concrètement, avec mon mari je me sens en sécurité parce que je peux tout lui dire. Je sais que s’il me dit non c’est qu’il n’en a pas envie, et s’il me dit oui, je valorise son oui, parce que je sais que c’est un oui authentique et qu’il ne me dit pas oui pour me faire plaisir et me le reprocher après.

Il faut juste être authentique et sincère, dire oui quand on a envie de dire oui, non quand on a envie de dire non et ne pas dire oui pour faire plaisir ou non pour jouer un jeu.

Oui exactement.

Les hommes ont souvent peur de tomber dans la « friend zone » est-ce que c’est vraiment une question à se poser ?

Je pense qu’un homme qui est authentique et qui sait ce qu’il veut, ne va pas tomber dans la friend zone. Il tombera dans la friend zone s’il manque d’authenticité, s’il reste flou, s’il ne prend pas assez d’initiatives, s’il n’est pas assez dans son énergie masculine. Je pense qu’on peut tomber dans cette zone si laisse taire nos émotions et nos sentiments envers la personne. Si une personne te plait elle ne peut pas être ton amie. Tant que c’est clair, qu’on se dit « elle me plait je n’ai pas envie d’être son ami » et vice-versa que ce soit pour une femme ou pour un homme, du moment que c’est clair ce n’est pas la peine d’aller s’embarquer dans une relation amicale où on laisse l’autre se confier, où on entend ses déboires amoureux, je pense que c’est un peu malsain. Je pense qu’on se met dans la friend zone. Et on peut en sortir en utilisant l’authenticité simplement.

Je pense qu’il faut être sincère et clair avec soi-même d’abord. Si tu vas vers une femme, que tes intentions soient claires dans un premier temps. Si elle te plait, il ne faut pas essayer de jouer un rôle . C’est quand joue un rôle, quand on essaye de l’approcher indirectement pour ne pas risquer de la perdre ou ne pas risquer d’être rejeté qu’effectivement on peut tomber dans son propre piège. Mais je pense que c’est davantage son propre piège qu’un piège que l’autre vous tend.

Et si la femme n’est pas intéressée ce n’est pas forcément parce qu’il est dans la friend zone, c’est peut-être juste que ça ne lui correspond pas et il faut peut-être aussi accepter de ne pas correspondre à tout le monde ?

Oui c’est ça.

Comment savoir si on est vraiment amoureux et faire la différence avec la passion, l’attachement, l’habitude, le confort… ?

Le sentiment amoureux ça se construit. C’est quelque chose qui vient au fil du temps. Pour moi le vrai sentiment amoureux c’est basé sur l’admiration qu’on peut porter à l’autre, le fait de bien le connaître aussi et pas juste superficiellement. La passion c’est le corps qui réagit, c’est de la chimie qui réagit là, maintenant, tout-de-suite, et qui fait que l’attirance est forte et qu’il y a des feux d’artifice. La passion peut mener au fil du temps à l’amour si on apprend vraiment à se poser, à se connaître, à se découvrir au-delà de la chimie. Et l’habitude, la routine, le confort ça vient à partir du moment où on se ment, où on se coupe de ses émotions, de ses sentiments et on laisse la relation aller en mode automatique, sans la remettre en question. Je pense que c’est sain de remettre parfois en question sa relation. Par exemple, on parlait tout à l’heure de l’attirance, je pense que c’est sain aussi parfois de ressentir une attirance pour quelqu’un d’étranger au couple. Cela vient renseigner sur l’état de la relation actuelle, si on prend ce qui se passe à l’extérieur non pas pour aller voir ailleurs mais pour le ramener dans le couple et se dire « tiens qu’est-ce que ça m’apprend sur ce qui me manque dans ma relation ? », et ça permet de sortir de la routine.

Et ça permet aussi de renouveler le choix, de se dire « je continue de faire le choix de rester avec mon partenaire » ?

Exactement.

Tu parles beaucoup d’intuition, de spiritualité, quelle est sa place dans ta vie ?

En ce moment, je lis davantage et je me nourris davantage dans la spiritualité, le développement de mon intuition, la méditation que dans la psychologie pure et dure. Donc ça prend une place de plus en plus grandissante et je me sens appelée à développer de plus en plus mon ouverture d’esprit par rapport à ça. Ça m’aide à rester centrée et à continuer mon travail de développement personnel. Ça me permet aussi d’avoir une meilleure hygiène de vie, d’avoir moins de stress. Ça permet de s’écouter, de prendre du recul, de ne pas avoir tout le temps la tête dans le guidon.

En même temps, ça m’aide dans ma pratique avec mes clientes pour leur apporter un autre point de vue, quelque chose de nouveau et de complémentaire. Ça m’apporte une compréhension plus rapide des problématiques des gens parce que ça aide de ne pas être tout le temps dans son cerveau rationnel. Ça permet d’être dans une énergie plus purifiée, plus saine et d’être beaucoup plus à l’écoute. J’ai un côté très pragmatique donc à un moment j’étais beaucoup dans tout ce qui est scientifique, prouvé, je ne lisais rien d’autre à côté. Mais finalement je pense qu’on a tous ce besoin, cette quête de sens. Quand c’est fait dans le respect de chacun, qu’on n’impose pas son sens à l’autre, je pense que ça ne peut qu’être bénéfique. Ça vient compléter toute la boite à outils.

Retrouvez bientôt une nouvelle interview de Kenza où elle vous en dit plus sur son parcours, ses découvertes et ses projets ! Inscrivez-vous GRATUITEMENT ici pour la recevoir sur votre e-mail dès sa publication !

Pour recevoir GRATUITEMENT les  conseils de Kenza et découvrir comment transformer votre relation à l’amour et aux hommes pour le meilleur et pour toujours, téléchargez vos 4 vidéos gratuites en cliquant ici !

 

Laissez vos commentaires :

4 Comments

  • Mazzocchi anne marie

    Reply Reply 26 avril 2016

    Bonjour Mélie, J’adhère à cette analyse, même si la suivre n’est pas toujours évident. Bravo pour l’article « transformez votre relation à l’amour… » am mazzocchi

  • RAMAHERISON Dominique

    Reply Reply 6 novembre 2016

    Bonjour Kenza,
    Je viens de suivre la vidéo de Jeff et son amie mais je n’arrive pas à trouver le lien pour m’inscrire à la formation des 6 mois les 6 clés Le compteur tourne et je vais louper la promotion. Quel dommage ! Pouvez vous m’aider ,
    Merci

    • Mélodie

      Reply Reply 7 novembre 2016

      Bonjour Dominique,
      J’ai transmis votre message à Kenza qui vous répondra personnellement très rapidement 🙂
      En vous souhaitant une belle fin de journée.
      Mélodie.

  • Morgan ZAHRA

    Reply Reply 19 mai 2017

    Interview très très intéressante où l’on découvre les influences et toute la sagesse de Kenza !

    Merci 🙂

    Je partage tout à fait son avis sur le fait qu’en France, nous sommes restés « vieux » jeu et que les accompagnements sont trop souvent orientés théorie et pas suffisamment pratique.

    Mon approche s’inspire aussi des travaux de J. Gottman ainsi que des styles d’attachement qui permettent selon moi de cerner le profil amoureux des partenaires et ainsi mieux comprendre les rouages de la relation.

    Très content de découvrir ton univers Mélodie.

    Au plaisir.
    Morgan

Leave A Response

* Denotes Required Field