Quand on a le coeur fermé…

Suite des articles : Peut-on créer l’Amour ? et Comment ouvrir son Coeur ?


– Quand on a le cœur fermé :

Comment se rendre compte si on est face à quelqu’un qui a le coeur fermé ou si on a soi-même le coeur fermé ?

Quelqu’un qui n’a pas le cœur ouvert ne peux pas aimer et s’intéresser à l’autre, ni réellement se trouver intéressant lui-même… Donc dans la plupart des cas, il ne pose pas de questions, répond à demi-mots à celles qui lui sont posées et n’approfondit pas les relations, ne se livre pas et ne s’intéresse pas en profondeur à la personne qu’il a en face de lui.

Il est coupé du flux de l’amour et de l’unité. Son empathie est limitée.

Souvent ce sont les personnes les plus sensibles qui adoptent ce mécanisme d’auto-défense.

Une blessure face au parent de sexe opposé est courante, un manque de place, de droit de s’exprimer, d’être soi-même, dans sa féminité ou sa masculinité, un manque d’attention…

Les causes peuvent être variées mais pour résumer (et en ayant toujours en tête que ce n’est pas la vérité absolue, qu’il y a toujours des exceptions et que chaque situation est spécifique), la blessure vient souvent d’un enfant hypersensible que l’on n’a pas écouté ou laissé prendre sa place et qui s’est senti brimé par la personne qu’il aime le plus au monde. Il peut avoir ressenti qu’il n’était pas digne d’amour.

Cette souffrance insupportable l’a souvent poussé à fermer son cœur pour cesser de ressentir. Il aura alors probablement des difficultés dans ses relations parce qu’il ne laisse pas les autres rentrer dans son monde et ne veut pas rentrer dans le leur. Les relations sont souvent superficielles et il refuse souvent de montrer sa vulnérabilité et de se laisser aller aux sentiments. Ils se barricadera derrière de la distance et de la froideur. Il fuira tout début de sentiment pour écarter le danger.

– Comment ouvrir son cœur ?

Accepter l’énergie de guérison du cœur, accepter de ressentir la souffrance et ne plus la cacher pour qu’elle sorte.

C’est effrayant mais il faut que l’énergie soit évacuée et qu’elle laisse de nouveau la place à l’énergie d’amour qui guérira le cœur avant de lui permettre d’aimer à nouveau et de s’investir dans une relation. Il faut souvent guérir le coeur avant de pouvoir l’ouvrir à nouveau.

Nourrir l’admiration de l’autre, cesser de juger, voir le beau dans chaque chose, prendre le temps de se reconnecter avec la nature et de lui confier nos douleurs, réveiller nos sens en portant attention à tout ce que l’on sent et ressent : le soleil sur notre visage, le vent sur notre peau, les saveurs des aliments, le chant des oiseaux, l’arôme du café, la beauté d’un paysage… Lorsque la porte des émotions est douloureuse, il est bon de passer par celle du corps et des sens. La douceur se transmettra petit à petit à toutes les partie de l’être.

Un autre moyen puissant est de nourrir la gratitude, en faisant la liste des choses pour lesquelles on est reconnaissant, toutes les bons moments, les petits bonheurs au quotidien, les gens formidables qui font partie de notre vie.

Donner aux autres est également un bon moyen d’ouvrir son cœur. En apportant de l’aide à ceux qui en ont besoin, le cœur se déverrouille et il se tourne vers l’autre.

Il est aussi nécessaire de prendre le temps, de respirer profondément, de se rappeler que l’on est en vie et de prendre conscience du fait que nous sommes à nous seul un miracle.

 

– Que peut faire l’autre ?

Etre patient et compréhensif. Prendre conscience que cela n’a rien à voir avec lui, avec sa valeur, l’amour que l’autre lui porte ou avec son importance et son intérêt. Ils sont tous deux de belles personnes. L’autre ne doit pas prendre le manque d’intérêt comme une dévalorisation ou un manque d’amour. C’est seulement une auto-protection.

Cependant vivre avec quelqu’un qui a le cœur fermé peut contribuer à fermer le sien sur le long terme…

Si aucune communication n’est possible et que le partenaire n’a pas l’intention de baisser les barrières, il vaut parfois mieux s’en aller, surtout si on est hypersensible. Avec de la douceur et de la confiance, s’il entrouvre la porte on peut parfois l’aider à l’ouvrir plus grand mais personne d’autre que lui-même ne peut le sauver. Cela doit être son choix et on ne peut pas le forcer.

Certains ne sont simplement pas prêts et c’est ok. Il faut respecter leur rythme et si ce n’est pas le même que le nôtre c’est peut-être simplement que le joli bout de chemin partagé touche à sa fin et que chacun va poursuivre sa route vers ce qui lui correspond. Même si c’est parfois douloureux, c’est toujours pour plus de bonheur et d’amour à la fin.

 

– Mais alors… Peut-on créer le désamour ?

Comment cesser d’aimer quelqu’un qui ne nous correspond pas et arrêter de souffrir suite à une rupture ?

Je dirais que le premier pas est de cesser d’admirer cette personne…

Mettre le focus sur tout ce qui fait que cette personne n’est pas celle avec laquelle on souhaite faire sa vie, lister tout ce qui nous empêche d’être nous-même, d’avoir la vie que l’on veut, de faire ce qui est important pour nous. Ne pas la juger ni la critiquer, mais regarder objectivement qui elle est, ce qu’elle veut et voir en quoi malgré toute la bonne volonté et le fait que ce soit une très belle personne, ce n’est pas la personne qui est faite pour nous et avec qui on peut s’épanouir.

On peut faire un portrait de la personne qui nous correspond pour voir à quel point il est différent de cette personne-là et imaginer notre vie dans 10 ans, 20 ans avec ces deux types de personnes pour ressentir là où nous nous sentirions épanouis ou limités.

Ce qui nous empêche de passer à autre chose est souvent un reste d’espoir, une partie de nous qui a encore un doute et qui se dit « et si… ? ».

Explorez votre relation avec cette personne et explorez la relation que vous souhaitez. Lorsque que toutes les parties de vous seront convaincues que cette personne n’est pas la bonne, que tout espoir et toute envie de continuer avec elle seront partis, vos sentiments changeront à une vitesse qui peut vous surprendre.

Vous garderez peut-être de l’affection, mais la douleur disparaîtra car il n’y aura plus de doutes, de questionnements, tout sera clair et votre mental arrêtera de se torturer. Il se concentrera sur ce qui est important pour vous et remplacera l’impression de perte et de vide par une sensation de gain, d’ouverture, de plein d’espoir et d’envies d’épanouissement. Il changera l’objet de ses pensées en ayant la conviction que quelque chose de mieux vous attend et la porte se fermera beaucoup facilement pour en ouvrir une autre.

Il est aussi primordial de comprendre les répétitions, les schémas, souvent de la relation avec notre parent de sexe opposé, que cette relation reproduit et la leçon qu’elle a pour mission de nous enseigner. Pour vous donner une piste : c’est souvent lié à l’amour de soi, à l’acceptation de soi et au respect de soi…

Pour guérir, il est souvent important d’exprimer ce qui nous a fait souffrir, sans jugement ni reproche envers l’autre, juste mettre des mots sur ce que l’on a ressenti (« telle chose m’a donné l’impression que… et j’ai ressenti… ») afin de faire sortir l’émotion.

Les émotions emprisonnées, non ressenties, enfouies profondément, sont ce qui empêchent de faire un deuil.

Sortez tout, exprimez votre douleur, votre colère, votre sentiment d’injustice, d’abandon, de rejet, de trahison, d’incompréhension…

Allez chercher derrière tout ça les besoins qui n’ont pas été comblés, les plaies non cicatrisées que cela a réouvert, les souffrances de l’enfance auxquelles cela fait écho… Partez à la découverte de toutes ces émotions non évacuées, pleurez, ressentez et donnez-vous de l’amour. Réconfortez-vous comme vous le feriez avec votre propre enfant. Expliquez-lui pourquoi il souffre, ce que cette relation est venue lui apprendre.

Et rappelez-lui à quel point il est digne d’amour et parfait tel qu’il est, qu’en guérissant, en ouvrant son cœur et en s’aimant totalement, il attirera la personne qui l’aimera exactement tel qu’il est et pour ce qu’il est.

C’est parfois en ayant le coeur brisé qu’on découvre notre véritable capacité à aimer. C’est après la guérison que le coeur se déploie à sa capacité maximale pour vibrer et attirer une nouvelle sorte d’Amour, le plus puissant :

L’Amour Inconditionnel <3

Soin de Groupe Mardi 24 octobre 2017 de 20h à 21h heure française (14h à 15h heure du Québec)

Thème : Guérir ses relations amoureuses, développer l’Amour Inconditionnel

 

 

Cliquez ici 🙂 <3

Laissez vos commentaires :

Leave A Response

* Denotes Required Field